Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

SFR Interactions Cellulaires et Applications Thérapeutiques


Navigation principale

    Recherche

    Fil d'ariane

    Friday Séminaire 18/09/2015

    Friday Séminaire 18/09/2015

    • Partager la page sur les réseaux sociaux
    • Envoyer cette page par mail

      Envoyer par mail


      Séparés par des virgules
    • Imprimer cette page

    Séminaire d'Estelle Marion

    Intervenant local

    Le 18 septembre 2015

    Un séminaire sera donné par Estelle Marion, Équipe ATIP AVENIR ATOMYCA - CRCNA INSERM U892 CNRS 6299.

     

    «Etude de la cicatrisation spontanée dans l’infection à M.ulcerans»


    Les étudiants souhaitant assister à la conférence doivent s'inscrire au préalable avant le jeudi  17 septembre 12h00 dans la limite des places disponibles auprès de : secr-inserm-angers @ contact.univ-angers.fr en communiquant leur numéro de carte étudiante.

    Pour que la participation au séminaire soit validante, il est impératif que les étudiants émargent la feuille de présence.

    Pour rappel, les étudiants non inscrits ne seront pas acceptés.


    12h00 - 13h00
    CHU Angers - Bâtiment IBS-IRIS – Salle de conférence RDC

     secr-inserm-angers@contact.univ-angers.fr



    La mycolactone est une toxine sécrété par Mycobacterium ulcerans, l’agent causal de l’ulcère de Buruli, une maladie à tropisme principalement cutané. La mycolactone est le principal facteur de virulence de la bactérie puisque, de par son activité cytotoxique, elle est responsable des lésions. Le laboratoire a récemment montré que la mycolactone était aussi responsable de l’aspect indolore des lésions. Elle interagit avec un GPR (AT2R) permettant l’hyperpolarisation des cellules nerveuses par ouverture des canaux potassiques. Cette toxine a également des effets immuno-modulateurs, mais les différentes hypothèses quant à son mode d’action cellulaire et moléculaire sont controversées. Des données récentes du laboratoire suggèrent que la mycolactone pourrait interagir avec un autre GPR exprimé principalement par les macrophages. Nos travaux actuels se focalisent donc sur le rôle de ce récepteur dans la physiopathologie de l’ulcère de Buruli.