Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

SFR Interactions Cellulaires et Applications Thérapeutiques


Navigation principale

    Recherche

    Fil d'ariane

    Friday Séminaire 27/01/2017

    Friday Séminaire 27/01/2017

    • Partager la page sur les réseaux sociaux
    • Envoyer cette page par mail

      Envoyer par mail


      Séparés par des virgules
    • Imprimer cette page

    Séminaire de Nicolas Papon

    Intervenant local

    Le 27 janvier 2017

    Le séminaire initialement prévu par le Pr. Jean-Philippe Bouchara, sera remplacé par une intervention du Pr Nicolas Papon, EA 3142 «Groupe d'Etude des Interactions Hôte-Pathogène», Angers

    «Nouvelles technologies dédiées à l’étude des champignons pathogènes»

    Les étudiants de médecine/pharmacie devant valider certains modules (M1 et M2) devront impérativement venir avec leur fiche personnelle de validation des séminaires qui sera alors tamponnée.

    12h00 - 13h00
    ICO site Paul Papin, amphithéâtre

     secr-inserm-angers @ contact.univ-angers.fr

    Dans le domaine de la mycologie médicale, les recherches fondamentales ont longtemps été restreintes à quelques espèces présentant une forte incidence clinique telles Aspergillus fumigatus et Candida albicans. Avec les modifications dans l'épidémiologie des mycoses au cours des deux dernières décennies et la multiplication des programmes de recherche, le paradigme tend à s’estomper et nous assistons à une diversification des études portant sur la biologie et la pathogénie d’espèces moins fréquemment isolées (Candida non-albicans, autres Aspergillus, Mucorales…). Ces programmes de recherche sont aujourd’hui soutenus par la disponibilité de nombreux génomes fongiques et l’émergence de la génomique comparative. Ces nouvelles approches permettent d’identifier une vaste quantité de gènes potentiellement impliqués dans un processus donné (virulence, résistance aux antifongiques,…). Cependant, des efforts doivent encore être menés afin de développer les stratégies génétiques dites « classiques » nécessaires pour caractériser la fonction de ces gènes. De nouvelles approches d’imagerie bio-photonique sont également en plein essor en mycologie médicale. On peut citer la possibilité d’observer la localisation subcellulaire de protéines et d’étudier leurs interactions directement dans la cellule fongique (BiFC). Il est également possible à présent de visualiser in vivo et en temps réel dans la souris la prolifération de souches pathogènes exprimant une luciférase (imagerie de bioluminescence). Au cours des prochaines années, une amélioration des outils génétiques classiques, une utilisation rationnelle de la post-génomique et le développement de l’imagerie bio-photonique devraient ainsi permettre des progrès plus rapides dans les programmes visant l’identification de nouvelles cibles en thérapeutique antifongique.